Odontella: de l’idée à l’assiette

Créée en 2016, Odontella est une société bordelaise qui a pour ambition de développer les aliments du futur avec des microalgues et des algues marines. Si cette idée vous semble farfelue, c’est que vous n’avez pas encore goûté au Solmon®, une alternative au saumon fumé entièrement végétale, s’approchant au plus près de ce que la nature a créé,  développé par l’entreprise. Comment ont-ils eu l’idée de créer des aliments avec des microalgues et algues marines ? Voici un bref résumé de leur aventure.

Les microalgues : une ressource au potentiel peu exploité

Les microalgues, à la base de la chaîne alimentaire, ont façonné le règne animal tel qu’on le connait. Apparues il y a près de 4 milliards d’années, ces microorganismes forment une partie du plancton que l’on retrouve dans les océans, les rivières et les fleuves. Il y aurait plus d’un million d’espèces sur terre. L’homme en a identifié 30 000 et parmi elles, seules une dizaine sont cultivées. Dans la majorité des cas, les microalgues marines sont utilisées pour la pisciculture. Elles servent à nourrir les élevages de poissons qui ont besoin de proies vivantes pour se développer.

C’est pour cette raison que le Docteur Pierre Calleja, aujourd’hui spécialisé dans la culture des microalgues, s’est d’abord intéressé à ces microorganismes dans les années 1980. Après avoir étudié ces créatures fascinantes pendant des dizaines d’années, il lance plusieurs projets pour exploiter leur potentiel inexploré.

L’une de ses innovations consiste en une lampe composée de ces fameuses microalgues marines capable d’absorber de large quantité de Co2 et de transformer ces gaz en minéral. Une innovation qui pourrait efficacement lutter contre la pollution atmosphérique. 

L’avantage majeur de la microalgue marine est qu’elle peut être facilement cultivée de façon renouvelable sans atteinte à l’équilibre écologique ou à la biodiversité des milieux naturels. Fort de ce constat, le Docteur Pierre Calleja s’est attaqué à un autre domaine qui menace notre environnement : l’agroalimentaire.

Odontella : une alternative durable à des enjeux urgents

C’est en 2016 que le Docteur Pierre Calleja fonde Odontella. Il la nomme ainsi en hommage à l’Odontella aurita, la microalgue marine sur laquelle il a basé ses recherches.

Il forme une équipe de passionnés avec Alain Guillou, docteur en nutrition spécialisé dans les microalgues; le professeur Claude Gudin, éminent chercheur dans le domaine; et Soraya El Fathi professionnelle de la gastronomie. Ensemble, ils essayent d’introduire la microalgue miracle dans nos assiettes. Pour ce faire, ils transforment le microorganisme en mets familiers et appréciés du plus grand nombre.

Ils commencent très fort avec la création du Solmon® : une alternative végétale au saumon fumé,. Ils parviennent à recréer avec succès tout ce qui fait un saumon fumé : le goût, la texture et les sensations, tout y est. Il s’agit du premier substitut végétal au saumon fumé. Un espoir face à la raréfaction de cette espèce aujourd’hui menacée plus que jamais. Chaque année, ce sont environ 100 millions de tonnes de poissons qui sont pêchés dans le monde. Une catastrophe écologique qui empêche les stocks de se refaire et menace notre écosystème tout entier.

Le Solmon® est une alternative végane qui est à 100% composée de produits naturels contrairement aux simili-carnés et autres substituts aux protéines animales du marché actuel. Un produit sain qui respecte l’environnement et tente d’inverser les effets néfastes de la surpêche et de l’élevage intensif.

L’un des arguments de taille d’Odontella est que son alternative végane ne ressemble à aucune autre. Le goût est similaire à l’original mais surtout les apports nutritionnels sont supérieurs à un saumon fumé traditionnel. La microalgue marine détrône bien des super aliments avec sa forte teneur en composés nutritifs de grande qualité (protéines, acides gras polyinsaturés de la famille des oméga-3, antioxydants puissants, polysaccharides, fibres, minéraux et vitamines). 

La société ne compte pas s’arrêter là puisqu’elle a plusieurs projets d’aliments en développement. Des substituts de poissons et autres produits de la mer, mais aussi de la viande, des céréales et même des boissons !

Laisser un commentaire