La surpêche et ses conséquences

De toutes les menaces qui pèsent aujourd’hui sur les océans, la surpêche est sans l’ombre d’un doute celle qui fait le plus de ravages sur la vie marine et sur la nôtre.  

Qu’est-ce que la surpêche ? 

La surexploitation des ressources marines cause un problème de taille. Certaines espèces sont capturées à un tel rythme et en telle quantité qu’il reste trop peu d’individus pour reconstituer des stocks viables. En découle un amenuisement de nos ressources bien visible et reconnu et qui n’arrête pourtant pas ce rythme effréné d’exploitation.  

Les progrès technologiques ont facilité la pêche à grande échelle, et les subventions gouvernementales ont maintenu en mer un trop grand nombre de pêches non durables. L’absence de conservation et de gestion rationnelles des pêches dans de nombreuses régions du monde signifie également que les conséquences de la surpêche sont mal comprises.

À ce jour, seuls 1,6 % des océans du monde ont été déclarés aires marines protégées (AMP) et la pêche est pourtant autorisée dans 90 % d’entre eux. Les AMP protègent les habitats tels que les récifs coralliens contre les pratiques de pêche destructrices. Elles offrent un refuge aux espèces menacées et sont conçues pour permettre aux populations de poissons épuisées de se rétablir. La pêche qui vise les prédateurs de haut niveau comme le thon et le mérou peut perturber l’équilibre délicat de communautés marines entières.

La surpêche met en danger les écosystèmes océaniques et les milliards de personnes qui dépendent des produits de la mer comme principale source de protéines. Sans une gestion durable, le commerce de la pêche risque de s’effondrer et nous devrons alors affronter une monumentale crise alimentaire.

Comment lutter contre la surpêche à votre niveau ? 

Que pouvez-vous faire à votre échelle pour endiguer ce phénomène ? Consommez mieux et moins de poisson. Il existe des labels pêche durable qui vous aident à identifier les poissons issus de producteurs responsables. Tournez-vous également vers des produits locaux. Diversifiez votre alimentation en consommant d’autres espèces marines pour atténuer la pression exercée sur certains stocks spécifiques. Mieux encore, réduisez votre consommation de poissons si vous le pouvez. 

Quelles solutions durables ? 

La pisciculture peut être une solution viable. Mais dans l’état actuel des choses, elle impacte elle aussi l’environnement de manière néfaste. Certaines aquacultures accentuent ce problème de surpêche en capturant des petits poissons destinés à nourrir les animaux d’élevage. D’autres polluent mers et océans, à cause des traitements et antibiotiques donnés aux poissons.

Une gestion durable, responsable et plus locale de la pêche serait l’idéal à un niveau mondial. Mais pour cela, il faut d’abord des accords et des gouvernements sur la même l’longueur d’onde. Autant dire que ça n’arrivera pas du jour au lendemain. 

En attendant, il existe certaines innovations très prometteuses en matière d’alimentation. 

La solution ? Du poisson sans poisson 

Des alternatives végétales pour alléger la demande de poissons dans le monde. Vous avez du mal à l’imaginer ? Sachez que ça existe déjà. 

Odontella, une entreprise française,basée en Nouvelle-Aquitaine,  développe des aliments à base de microalgues et algues marines. Cette société a été créée par le Dr Pierre Calleja, passionné de vie marine et expert en aquaculture. Le docteur Pierre Calleja a étudié pendant près de trois décennies les microalgues marines. Il a découvert bien des utilités à ce micro-organisme, anti-polluant, bio-carburant possible et aujourd’hui une alternative durable et saine pour notre alimentation.  

le Solmon®

Si l’idée de manger des algues ne vous séduit pas, sachez qu’Odontella exalte la microalgue de telle sorte que les produits qu’elle développe se révèlent être de parfaits substituts de produits de la mer. Prenez par exemple le Solmon® , 1er produit commercialisé par l’entreprise. De délicieuses tranches végétales  fumées au bois de hêtre au goût et à l’aspect très proches du saumon fumé traditionnel. Le premier aliment d’une vaste gamme de produits qui permettront de soulager la surexploitation de beaucoup d’espèces marines. 

Laisser un commentaire