Comment des microalgues peuvent sauver la planète ?

Vous n’en avez sans doute pas conscience, mais les microalgues, ces minuscules organismes qui peuplent nos océans et rivières pourraient nous aider de bien des façons. Certaines microalgues sont déjà utilisées dans les cosmétiques, les compléments alimentaires, et pour certains fertilisants. Ces microorganismes à l’immense potentiel pourraient également représenter une alternative au pétrole, une nouvelle source de protéines alimentaires ou encore un moyen efficace de dépolluer notre atmosphère.

Les microalgues : qu’est-ce que c’est ?

Les microalgues sont des organismes microscopiques à la fois végétaux et animaux qui pratiquent la photosynthèse. Elles sont apparues dans les océans il y a près de 4 milliards d’années. On leur doit la formation de notre atmosphère terrestre.

Les microalgues sont à la base même de la chaîne alimentaire. Sans leur existence, il n’y aurait pas de vie sur notre planète. Elles sont donc un maillon essentiel de notre écosystème. Ces organismes sont extrêmement diversifiés avec des centaines de milliers d’espèces. Aujourd’hui, seules 30 000 espèces sont connues de l’homme et une poignée seulement sont cultivées.

Microorganismes, maxi pouvoirs

La culture des microalgues s’est pendant longtemps cantonnée aux domaines de la pisciculture. Les algues, premier maillon de la chaîne alimentaire, servent de proies vivantes aux élevages de poissons.

Cependant, ces dernières années, de nombreuses recherches ont mis en évidence le potentiel inexploité des microalgues. En effet, les réactions chimiques que génèrent naturellement ces organismes pourraient fondamentalement transformer nos industries. C’est pour cela que de récentes études ont vu le jour pour essayer de comprendre et surtout de maitriser les mécanismes de ces êtres encore nébuleux.

C’est ainsi que les domaines d’application de la microalgue se sont étendues. De la simple aquaculture, l’organisme s’est retrouvé dans des compléments alimentaires pour ses fantastiques apports nutritionnels, dans des cosmétiques pour ses vertus anti-oxydantes ou encore, a été transformé pour devenir un possible biocarburant du futur.

Avec les microalgues, les possibilités semblent infinies. C’est ce que nous a démontré le Docteur Pierre Calleja, un spécialiste des microalgues.

Les microalgues changent déjà la donne

Le Docteur Pierre Calleja étudie les microalgues depuis longtemps. Depuis plus de trente ans pour être exact, autant dire qu’il connait son sujet. En France, il est considéré comme un pionnier de la pisciculture. Il a perfectionné au fil des années l’élevage de poissons. Pour lui, il n’y a pas de secret, l’élément clé c’est bien sûr la microalgue.

Depuis quelques années le Docteur Calleja s’est mis en tête d’exploiter le potentiel des microalgues dans d’autres domaines. C’est ainsi qu’il a développé une lampe constituée de ces fantastiques microorganismes capable d’absorber une grande quantité de Co2. Une innovation qui pourrait bien faire partie du paysage urbain de demain pour dépolluer nos centres-villes. 

Récemment, ses travaux l’ont mené dans une toute autre direction. Le Docteur Calleja s’intéresse désormais aux exceptionnels apports nutritionnels du microorganisme. En 2016, il fonde Odontella, nommée em référence à la microalgue marine Odontella aurita. L’Odontella aurita est la toute première microalgue marine autorisée à la consommation humaine.

La société Odontella crée des aliments à base de microalgues et algues marines. Elle propose donc des alternatives entièrement végétales et saines. Une bonne nouvelle pour les communautés végétariennes et véganes mais aussi pour tous ceux qui se soucient de leur impact sur l’environnement et les personnes allergiques aux poissons. L’enjeu ici est de proposer des substituts de qualité pour contrer la raréfaction de nos ressources naturelles.

Le premier-né de la gamme, une alternative au saumon fumé, végétal et s’approchant au plus près  de ce que Dame Nature a créé,  est déjà une réussite. La texture, le goût et l’odeur sont quasi identiques au saumon fumé et son apport en oméga 3 est bien supérieur aux poissons d’élevage. Une réponse efficace face à la surpêche et à l’élevage intensif qui menace jour après jour notre écosystème déjà fragilisé. 

Laisser un commentaire